http://www.data-master-conseil.com/conseil_en_strategie/uploads/images/photos_entetes/consultant-creation-clusters-developpement-territoires-groupement-d-entreprises-lyon-entetes-blog.jpg

Le blog | Archives actualités

janv. 29, 2018

Les 50 innovations qui vont bouleverser notre vie d’ici 2050 – Eric DE RIEDMATTEN – Editions de l’Archipel, 2015.




janv. 29, 2018

Créé en mars 2011, MECATEAMCLUSTER fête ses 7 ans comme pôle national de référence pour la filière des travaux ferroviaires. Fédérant aujourd’hui plus 100 membres allant des sous-traitants mécaniciens à SNCF Réseau en passant par les entreprises de travaux ferroviaires comme VINCI, EIFFAGE ou TSO, les constructeurs de tous types d’engins comme FRAMAFER, filiale du leader mondial PLASSER, GEISMAR ou NOVIUM, MECATEAMCLUSTER est identifié comme un partenaire de choix pour les projets de développement et d’innovation d’une filière, qui est confrontée à la fois à des enjeux de volume – le budget 2018 des travaux ferroviaires sur le réseau SNCF est de 2,75 milliards € - et de mutation pour accompagner les exigences de sécurité, d’écologie et de performance des chantiers dont une part importante se déroule en zone urbaine dense se caractérisant par des attentes encore plus fortes.

Le cluster a rapidement dépassé sa vocation d’animation en impliquant dans l’ingénierie de projets d’investissements significatifs et innovants. En cours de construction, la plateforme de maintenance mutualisée sur un site des anciennes Mines de Montceau permettra aux entreprises de travaux ferroviaires et aux constructeurs d’avoir accès à un outil de maintenance en Centre Est France offrant des infrastructures, des outils techniques et des compétences adaptées à leurs besoins. Représentant un investissement total de plus de 20 millions €, cette réalisation est aussi le fruit d’une coopération entre les collectivités, l’Etat au travers des Investissements d’Avenir et les entreprises de la filière. A ce premier projet s’ajoute désormais la création d’un campus de formation aux métiers de la maintenance ferroviaire. Principalement orienté formation continue, il accueillera demain des cheminots et des salariés des entreprises de travaux ferroviaires ou des constructeurs de matériel. A cette mixité de participants correspondra aussi une diversité d’intervenants qui seront issus aussi bien de la SNCF que d’entreprises ou de fournisseurs de la filière.

Initiés fin 2014, les travaux d’innovation collaborative commencent aussi à porter leurs fruits avec l’émergence de consortiums entre entreprises pour développer de nouveaux produits et résoudre des enjeux de sécurité ou de performance dans des fonctions aussi diverses que le déchargement du ballast ou la détection de piétons.




janv. 29, 2018

Territoire industriel historique et majeur, la région Bourgogne Franche-Comté participe à l’essor et au déploiement des technologies de la robotique dans les différentes filières, qui composent son tissu. A la demande de la DIRECCTE Bourgogne Franche-Comté, nous avons investigué le potentiel et les possibilités de structuration de cette filière transversale à l’échelle de la région.

Deux constats principaux, d’une part des attentes fortes et diverses de la part des industriels utilisateurs et, d’autre part une offre assez hétérogène des acteurs de la filière. Ils reflètent aussi des différences plus structurelles liées aux évolutions des métiers de la robotique et de la production industrielle.

De façon schématique, nous pouvons distinguer deux grands segments dans l’industrie, d’une part la robotique intégrée et, d’autre part les « nouvelles robotiques ».  La robotique intégrée est bien structurée et est très présente en région dans les filières industrielles traditionnelles et dans les établissements régionaux des grandes entreprises. Plus diverses et plus hétérogènes, les « nouvelles robotiques » sont souvent peu connues des utilisateurs et leurs offres sont souvent peu lisibles et peu stables. Les enjeux de développement et d’animation de ces deux segments sont très différents et appellent des propositions différentes et adaptées.

Les enjeux de recrutement et de formation initiale ou continue constituent néanmoins un dénominateur commun aux deux segments, aux grandes entreprises et aux PME. Confrontées à des difficultés grandissantes d’accès aux ressources, humaines notamment, les institutions de recherche et de formation, qui sont présentes sur le territoire, sont aujourd’hui parfois en difficulté pour répondre à ce défi de qualification.

La robotique intégrée dispose d’ores et déjà d’outils de développement et de formation répartis sur le territoire et il s’agit essentiellement d’accompagner les évolutions technologiques et le renouvellement des compétences chez les grands utilisateurs et de faciliter l’accès aux PME à la fois en termes de matériels, de financements et de compétences. Dans les nouvelles robotiques, l’enjeu est à la fois plus important et plus divers. Il s’agit d’industrialiser, fiabiliser, implanter ces solutions émergentes et permettre l’appropriation de ces nouveaux outils par des clients et des opérateurs en mode d’apprentissage non seulement des techniques, mais aussi des nouveaux modes de travail et de collaboration homme – machine qui y sont associés. Les enjeux humains et managériaux sont au moins aussi importants que les aspects techniques et ils sont d’autant plus sous-estimés qu’il y a peu de recul chez les utilisateurs quelle que soit leur taille et leur culture robotique et que le positionnement des intégrateurs reste largement à définir, notamment en raison de la baisse des coûts d’accès – prix unitaires plus bas – qui impacte mécaniquement la répartition de la valeur entre le constructeur et l’intégrateur, ainsi que le rôle de chacun dans la relation client. L’appropriation par les hommes sera déterminante pour la réussite du déploiement et supposera expérimentation, formation et accompagnement opérationnel des équipes. Encourager et exploiter des partages d’expériences et conduire des expérimentations au plus près des situations réelles seront des mots clés des futures actions individuelles ou collectives.

Deux leviers d’action peuvent être proposés dans ce champ des nouvelles robotiques, d’une part la création et l’animation de sites d’expérimentation – « bacs à sable » - pour faire découvrir le plus concrètement possible les apports de ces solutions pour améliorer la performance industrielle globale – qualité, productivité, santé au travail… – dans une logique d’accompagnement, notamment des PME et, d’autre part l’accompagnement des PME innovantes des nouvelles robotiques en proposant une démarche complète de structuration et d’accélération de leurs projets en prenant en compte les aspects industriels (montée en production, fiabilisation, qualité…), la formalisation de l’offre (produits et services) la dynamisation de la politique commerciale et marketing et l’ingénierie financière associée en haut de bilan.

Commun aux deux segments, le levier de la formation initiale et continue est à réinterroger non seulement dans sa volumétrie – besoins importants et capacité parfois limitée –, mais aussi dans son organisation et dans ses modalités opérationnelles. L’objectif est de réduire le décalage existant entre des moyens techniques souvent disponibles mais confrontés à une obsolescence rapide – enjeu permanent de renouvellement et « modernisation -  et à des moyens humains très peu nombreux sur les plateformes de formation et / ou de développement présentes sur l’ensemble du territoire régional. Mutualisation et coordination des ressources seront indispensables, mais n’exonèreront pas de la nécessité d’investissements humains.

Tous les ingrédients d’une démarche de structuration de cluster en réseau sont réunis. Le cluster en réseau se caractérise par la présence de plusieurs sites d’activité et de partage d’expériences chez des partenaires tant en Bourgogne qu’en Franche-Comté et par une forte priorité accordée à des dispositifs flexibles et mobiles.




janv. 29, 2018

Depuis fin 2016, nous travaillons sur les enjeux de pérennité et de structuration de la filière Lunetterie. Initiée sur le bassin de Morez et du Jura, cette réflexion s’est rapidement étendue au bassin voisin d’Oyonnax dans l’Ain. Représentant environ 60% de la production française de montures, ce territoire est à cheval sur deux régions – Bourgogne Franche-Comté et Auvergne Rhône-Alpes – mais se situe en totalité dans le ressort du Commissariat à l’Aménagement du Massif du Jura, ce qui facilite les interventions publiques en s’affranchissant des limites et des contraintes administratives des régions.

La multiplication des sinistres industriels dans ses différents métiers a fragilisé l’ensemble de la filière et, plus particulièrement la filière industrielle dont la complétude en termes des métiers de la chaine de valeur est aujourd’hui à peine maintenue. La population des fabricants de composants et des prestataires techniques s’est réduite au cours de ces dernières années au fur et à mesure que les lunetiers français se tournaient de plus en plus vers les métiers de création et de distribution, sous-traitant et délocalisant la production, principalement en Chine.

Des évolutions majeures en aval sur les métiers de la distribution et des changements en matière de remboursement et de prise en charge des lunettes, à la fois dispositif médical et accessoire de mode ont aussi bouleversé le jeu concurrentiel dans la filière en donnant un très fort pouvoir d’influence et donc de négociation aux grandes enseignes et marques ainsi qu’aux mutuelles. Ces dernières exercent clairement un pouvoir depuis la prescription jusqu’à la livraison de la paire de lunettes par le biais de médecins et d’opticiens agréés et désormais de leur propre marque de montures : Carte Blanche.

De taille largement inférieure à leurs grands clients et donneurs d’ordres, les fabricants français et notamment ceux du Jura et de l’Ain ont peu privilégié les approches collectives pour équilibrer les relations et pour affronter une concurrence internationale vivace, en particulier en provenance d’Italie. Conjugué aux évolutions structurelles de l’industrie, ce manque d’actions collectives a conduit à une segmentation de la filière de plus en plus marquée entre d’une part les fabricants – industriels et, d’autre part les créateurs-distributeurs. Cette segmentation se traduit aussi par des oppositions assez nettes entre les acteurs locaux sur certains sujets comme les labels « Made in France » ou « Origine France Garantie ». D’une façon plus générale, les fabricants – industriels qui rassemblent les fabricants de montures locaux, les fabricants de composants (branches…) et les prestataires techniques (décor, traitement de surface…) sont confrontés à des enjeux de survie tant du point de vue technique et industriel que du point de vue marketing et commercial. Les créateurs – distributeurs sont essentiellement confrontés à des enjeux logistiques et commerciaux.

Rassemblant tous les ingrédients d’un cluster (entreprises positionnées dans tous les métiers de la filière, établissements de formation et de recherche, engagement et présence de longue date des collectivités locales, de la région et de l’Etat) et dotée d’une taille critique significative à l’échelle nationale, la filière Jura – Ain peut contribuer à la pérennisation et au redéploiement des activités et des acteurs de la filière et du territoire.

La condition de succès essentielle est liée à la capacité à dépasser les clivages et les rivalités et à développer des coopérations commerciales, économiques, technologique et humaines visant à exploiter des synergies sur les marchés en termes d’offre globale et à partager des coûts en mutualisant des ressources et des moyens. L’idée du cluster a commencé à faire son chemin, mais la concrétisation s’avère difficile et lente en raison de la permanence d’un certain manque de confiance entre les différents acteurs. Espérons que la filière aura le temps de faire sa mutation et que les entreprises sauront se transformer avant qu’il ne soit trop tard.




avril 20, 2016

Nous animons vendredi 22 avril à Nancy une journée de réflexion et d’échanges sur la nécessité du travail collaboratif entre PME et sur les stratégies d’alliance qui en découlent. Cette journée rassemble des entreprises de moins de 50 personnes présentes au sein de la filière automobile.




avril 20, 2016

Le 30 mars, nous avons visité la plateforme pile à combustible à Belfort sur le site de l’UTBM – Université Technologique de Belfort Montbéliard – avec une délégation de MECATEAMCLUSTER qui, dans le cadre des groupes de travail collaboratif travaille sur les différentes sources d’énergie propre pour les engins de chantiers ferroviaires, notamment dans des environnements très contraignants tels que les tunnels.

La plateforme belfortaine fait désormais référence dans son domaine. Elle a aussi été précurseur en son temps il y a plus de 20 ans et il est toujours intéressant, voire un peu émouvant de voir ce qu’est devenu un projet que nous avons connu et analysé à l’origine dans le cadre de nos missions pour l’Agence de Développement Economique de Belfort et du Territoire (ADEBT).




avril 20, 2016

Depuis plusieurs années ; la France souhaite développer des ETI sur le modèle du Mittelstand allemand. L’annonce de la création du Mittelstand-lab destiné à favoriser les comparaisons de part et d’autre du Rhin est la dernière initiative en date. Le MEDEF est un des partenaires et Elisabeth DUCOTTET, PDG de THUASNE, ETI originaire de Saint-Etienne dans le domaine du Textile pour la Santé, présidera ce groupe de travail rassemblant une dizaine d’entreprises françaises et allemandes.




févr. 22, 2016

La nouvelle édition du Guide Permanent du Développeur Economique est parue ce mois. Michel BERTHELIER signe un article consacré aux Coopérations inter-entreprises, clusters et pôles de compétitivité.




févr. 18, 2016

En partenariat avec ACODEV, entreprise de conseil lorraine, nous travaillons de nouveau sur la filière automobile de cette région depuis début 2016. L’objectif est à la fois d’accompagner individuellement les PME de la filière et de faire progresser la réflexion collective au travers de journées thématiques.




févr. 18, 2016

Nous avons lancé le 22 janvier 2016 une action collective de réflexion stratégique pour 9 PME adhérents à MECABOURG, cluster des industries mécaniques de Bourg en Bresse et de l’Ain. Consacrée aux objectifs personnels des dirigeants et à leur signification pour leur entreprise, cette première session a montré la grande diversité des situations et des objectifs poursuivis. Elle a aussi suscité un riche dialogue, qui est appelé à se développer et à s’approfondir au cours des 6 prochains mois sur les différents éléments constitutifs d’une réflexion stratégique.




févr. 18, 2016

Dans le cadre de mes activités pédagogiques à EM Lyon, j’ai participé à un débat animé par Les Acteurs de l’Economie Rhône-Alpes sur les entreprises collaboratives. Nous avons évoqué les alliances entre entreprises avec COTE, une PME spécialisée en électricité industrielle et les clusters avec EDEN.




mai 21, 2015

Quels sont les scénarios du futur déjà à l’œuvre dans nos sociétés actuelles ? Quelles en sont les issues possibles ? Quels sont nos leviers d’action potentiels ?




mai 21, 2015

L’assemblée générale de RENAULT a entériné les droits de vote double pour l’Etat. Contre l’avis du Président Carlos GHOSN, qui dénonce un pouvoir excessif de l’Etat. Bien que le mécanisme soit complexe, il vise d’abord à accorder une place prépondérante aux actionnaires engagés à long terme dans l’entreprise, ce qui est cohérent dans une industrie intense en capital comme l’automobile. La critique est d’autant moins recevable que cette pratique a cours partout dans le monde, à commencer aux Etats-Unis et en Allemagne et la France ne fait donc pas figure d’exception. Mais le fait que l’Etat soit cet actionnaire de long terme est en réalité le vrai point bloquant. Et ce d’autant plus que la puissance publique pourrait venir contrecarrer demain une éventuelle intégration plus poussée ente RENAULT et NISSAN que de nombreux signaux avant-coureurs annoncent.

Autre groupe automobile, autre bras de fer et autre issue. Le groupe VOLKSWAGEN, n°2 mondial par la production, a aussi connu une crise de gouvernance suite à la défiance manifestée par le Président du Conseil de Surveillance à l’égard du Président du Directoire. Mis en minorité au sein du Présidium du Conseil de Surveillance du fait d’une alliance des représentants des salariés, du Land de Basse-Saxe et d’un héritier Porsche, le Président Ferdinand PIECH a abandonné tous ses mandats une semaine après du annoncé le maintien dans ses fonctions de Martin WINTERKORN, Président du Directoire.

Où l’on constate aussi que le pouvoir ne s’exerce pas de la même façon de part et d’autre du Rhin, notamment en raison du poids des représentants des salariés, qui occupent la moitié des sièges dans les conseils de surveillance des grands groupes allemands.




avril 27, 2015

La presse a annoncé la semaine dernière la relocalisation en Région Rhône-Alpes de la fabrication de skis Rossignol en provenance de Chine et d’équipements électriques ABB en provenance de Pologne.

Les enjeux de coût, notamment en matière de transport et logistique sont au cœur des motivations avancées. La modernisation des outils et l’automatisation accrue des process sont des éléments déterminants de cette relocalisation. Bref, l’usine du futur devenue depuis peu l’industrie du futur est au cœur de ces choix.

Observons avec intérêt que les décisions de délocalisation d’il y a quelques années ont été arrêtées au nom des mêmes motivations de compétitivité !

Espérons que les dégâts sociaux d’alors n’auront pas totalement détruit les compétences et les savoir-faire des hommes et que l’entreprise et l’entrepreneur du futur sauront en tirer les conclusions.




mars 31, 2015

250 personnes environ ont participé à cette rencontre à Berlin. Plus de 20 pôles de compétitivité français étaient présents parmi lesquels plusieurs de la Région Rhône-Alpes comme AXELERA, TECHTERA ou MONT BLANC INDUSTRIES. De nombreux clusters allemands, labellisés GO-CLUSTER étaient représentés, notamment dans le domaine aéronautique et dans les sciences de la vie.

Au fil des exposés et des discussions, il apparaît clairement que les véritables équivalents des GO-CLUSTER, qui résultent d’une labellisation au niveau fédéral sont les pôles de compétitivité et non les clusters « à la française ».

Les Ministères français et allemands de l’Economie ont annoncé à cette occasion la création ou le redéploiement de dispositifs de soutien à l’émergence et au développement de projets de coopération entre les entreprises – PME et ETI – allemandes et françaises. Un dispositif spécifique destiné à encourager les coopérations sera créé dans les prochains mois. Le rapprochement d’un dispositif français de la BPI et allemand de ZIW – Zentrales Innovationsprogramm Mittelstand – permettra d’accompagner des projets innovants collaboratifs.




mars 31, 2015



mars 31, 2015

Nous participons au programme d’action initié et piloté par le CETIM en Franche-Comté sur l’usine du futur. Accompagner la réflexion et la construction d’un plan d’actions pour moderniser, renouveler et développer la fonction de production dans les PME industrielles de l’une des régions les plus industrielles de France constituera notre mission. Elle se concrétisera sous forme de diagnostics, de choix de priorités et de construction de plan d’actions.




mars 31, 2015

Programme d’action collective largement financé par l’Etat et la Région, Stratégie PME a fêté ses 10 ans. Plus de 600 entreprises régionales ont été accompagnées dans leur réflexion stratégique par le CETIM et son équipe associée de consultants. L’édition d’un ouvrage – Révélateur d’Avenir –présentant plusieurs cas emblématiques témoigne de la diversité et de la vivacité de cette action qui permet aux dirigeants de PME de partager avec leurs pairs dans les journées collectives et de se confronter au regard extérieur indépendant du consultant qui apporte aussi une méthodologie et des outils d’analyse.




févr. 11, 2015

Présent le 26 mars au colloque « Go-cluster 2015 » à Berlin, je représenterai à la fois DATA MASTER et EM LYON au sein de laquelle j’anime un électif sur le sujet depuis 2013.

La coopération inter cluster sera au centre des débats, qui rassembleront intervenants allemands et français issus des clusters, pôles de compétitivité des deux pays.




févr. 11, 2015

Annoncés le 29 octobre 2014, les 8 groupes de travail collaboratifs sont désormais constitués et actifs au sein de MECATEAMCLUSTER. Nous assurons une coordination et une animation transversale en veillant à la dynamique collective au sein de chaque groupe.




févr. 11, 2015

Nous travaillons avec AVIA depuis fin 2014 sur le renouvellement des orientations stratégiques et de la gouvernance du cluster aéronautique de l’Auvergne qui se caractérise par la présence de nombreuses entreprises dans les pièces avionnables, les équipements de production et les services de maintenance.

La plateforme aéroportuaire de Clermont-Ferrand et le Campus Aéronautique Auvergne constituent des points d’appui au développement de toute la filière.

Notre réflexion intègre aussi la future fusion des régions Auvergne et Rhône-Alpes ainsi que le souhait de rapprochement des clusters exprimé par les deux présidents de région.




mai 21, 2014

 Dans le cadre de notre engagement dans le programme AUTOESSOR aux côtés du CETIM, nous conduisons actuellement une étude et une réflexion sur les enjeux stratégiques, économiques et concurrentiels des entreprises mécaniciennes de la filière automobile en Lorraine. En mai et juin, nous rencontrerons les dirigeants des PME sous-traitantes, les responsables des principaux donneurs d’ordres, les institutionnels en charge de l’animation de la filière. Nous confronterons aussi nos observations avec la vision du Cluster Automobile de la Sarre voisine.




avril 28, 2014

METHUSA est officiellement née le 14 avril 2014. Elle regroupe trois entités ; METALLYON à Chaponost, SAINTRONIC à Saintes et MG HUNGARY en Hongrie, qui, jusque-là étaient toutes filiales du Groupe GMD. La reprise a été effectuée par les 3 dirigeants et une partie de l’encadrement de chaque entreprise suite à la volonté de cession exprimée fin 2013 par GMD et au refus unanime du projet d’un premier acquéreur potentiel.

Nous avons accompagné ce projet de reprise depuis janvier 2014 en mobilisant à nos côtés les compétences spécialisées de deux partenaires ; B2A Partners en finance et LAMY Associés dans le domaine juridique.

Au-delà de la maîtrise et de la réussite de la reprise proprement dite, le défi pour METHUSA est aujourd’hui de construire un projet fédérateur et cohérent tant en interne – bien qu’ayant appartenu au même groupe, les dirigeants et les équipes de chacune des trois entités ne se connaissaient quasiment pas avant la fin 2013 – qu’en externe. Structurer une offre cohérente, construire un positionnement clair sur le marché en exploitant et en valorisant les synergies de savoir-faire et des outils industriels en France et en Hongrie constituent les premiers défis stratégiques de ce nouvel ensemblier industriel de plus de 500 salariés.




avril 18, 2014

Comptant 80 adhérents 3 ans environ après son lancement le cluster Engins Mobiles du Creusot Montceau se renforce en travaillant à la structuration d’une offre et d’un pôle d’expertise en matière de formation continue pour différents métiers de la filière.

Aux côtés de spécialistes métier comme NOVIUM dans l’hydraulique, de GTIF dans le domaine de la sécurité ferroviaire, APAVE propose ses compétences en ingénierie de formation, son expérience de la gestion de centres de formation et une offre diversifiée de formations techniques.

MECATEAMCLUSTER souhaite structurer un pôle de formation continue adapté aux enjeux de la filière des engins mobiles, notamment dans le domaine des travaux ferroviaires.

Poursuivant notre mission d’accompagnement du cluster, nous sommes très vigilants sur la dimension collective des projets et sur l’équilibre entre les acteurs.




avril 18, 2014

Une étude récente a révélé qu’un SDF sur 4 travaillait. Nous connaissions déjà les salariés précaires vivant au camping ou dormant dans leur voiture. Dans une société de plus en plus dominée par la rente foncière, immobilière et financière, la rémunération du travail est de plus en plus souvent insuffisante pour vivre décemment. Le laisser aller et le laisser faire, qui tiennent lieu de ligne de conduite à la majorité des décideurs économiques et politiques sont plus que jamais annonciateurs de la prochaine crise sociale. Nul ne peut en prévoir avec précision la date, le déclencheur et la forme. Mais elle sera d’autant plus violente que le sentiment de n’avoir plus rien à perdre sera fort.




mars 14, 2014

4 PME (COMPOSE – ISOJET – PEI – SISE) de Rhône-Alpes et de Bourgogne ont annoncé le 11 mars 2014 au salon JEC COMPOSITES à Paris la création d’une filiale commune GLOBAL RTM. Cette nouvelle entreprise développe des lignes intégrées de production de pièces composites. Son marché prioritaire est aujourd’hui l’aéronautique en Europe. Dans le cadre du dispositif Alliances PME piloté par le CETIM, DATA MASTER accompagne depuis un an les réflexions sur le projet de développement et sur la gouvernance de cette alliance stratégique.




mars 14, 2014

Le 12 mars dernier, France Inter annonçait que plus de 500 dirigeants de PME de la Haute Vienne bénéficiaient du RSA. Dirigeants de petites entreprises, voire de très petites et parfois créateurs récents, ces hommes et ces femmes vivent une précarité analogue à celle de nombreux salariés cumulant salaire et RSA pour survivre. Au-delà de toutes les difficultés personnelles ainsi générées, la convergence de ces évolutions montre surtout l’impossibilité grandissante de vivre aujourd’hui de son travail et de sa production et ce quel que soit son statut dans une petite entreprise. La rente (foncière, immobilière ou capitalistique) est aujourd’hui mieux rémunérée et moins imposée que le travail qui, pour se pérenniser, doit même être subventionné par l’argent public !




mars 14, 2014

Une PME industrielle disposant de deux sites en région Rhône-Alpes est à céder en raison du prochain départ à la retraite de son dirigeant. La valorisation de l’entreprise fait apparaître le poids prépondérant de l’immobilier par rapport au fonds de commerce. L’acquéreur potentiel de l’ensemble devra investir davantage dans l’immobilier que dans l’activité censée être le cœur de son projet de reprise et de développement. Dans ces conditions, pourquoi encore reprendre une activité économique, nécessairement à risque, alors qu’il suffit de faire fructifier un patrimoine immobilier ? Ce cas de figure, qui n’est pas isolé, traduit concrètement la prédominance actuelle de l’économie de spéculation sur l’économie de production. Mais une réflexion macroéconomique un peu prospective fait apparaitre une impasse. Sans production de richesses nouvelles et de revenus correspondants, les acteurs économiques ne pourront pas indéfiniment payer plus cher des biens immobiliers, qui perdront aussi de leur utilité et donc de leur valeur.




déc. 28, 2013

Retenu en décembre au titre des investissements d’avenir, le projet de plateforme de MECATEAMCLUSTER donne au cluster une nouvelle dimension. Doté de 6,1 millions €, MECATEAMPLATFORM est le premier projet dans le domaine des services - la maintenance d’engins mobiles - à bénéficier d’un soutien aussi important de l’Etat. La stratégie de la fusée à plusieurs étages, qui avait prévalu dès le lancement du cluster début 2011 est validée et renforcée par cette décision qui va se traduire par la construction d’un objet (infrastructures, bâtiments, moyens techniques et industriels) de développement, de collaboration et de création de richesse sur le territoire de la Communauté Urbaine du Creusot Montceau, qui impulse ainsi une nouvelle dynamique à sa mutation.




déc. 28, 2013

Nous avons rencontré les responsables de trois clusters européens complémentaires à NUTRAVITA ; WAGRALIM en Belgique, AINS en Espagne et le Cluster  agro-alimentaire de Haute Autriche. 2014 sera l’année d’identification et d’émergence de projets communs suite à l’identification de complémentarités et de synergies.




oct. 3, 2013

"Le capital au XXIème siècle"; THomas Picketty; Le Seuil 2013

Ou la nécessité de contrôler, encadrer et réguler la rémunération du capital pour garantir la pérennité de la vie collective en société.




oct. 3, 2013

S’appuyant sur les ressources nombreuses et diverses de la région Bourgogne en termes géologiques, le cluster rassemble les acteurs de cette filière d’extraction et de transformation  au service de l’architecture extérieure, de l’aménagement intérieur et du design. Il s’appuie aussi sur les compétences recherche et développement de centres techniques et d’établissements d’enseignement supérieur comme ENSAM Cluny et sur des coopérations avec l’Education Nationale pour maintenir des savoir-faire historiques comme les laviers ou la taille de la pierre. Nous avons accompagné cet été le cluster dans la construction de son dossier de candidature à l’appel à projet « made in France » du Ministère du Redressement Productif.




oct. 3, 2013

Nous travaillons sur le rapprochement d’une entreprise spécialisée dans le remanufacturing de cartouches d’imprimantes et d’une entreprise d’insertion active notamment dans le tri des cartouches. Présentes en région Pays de Loire et Poitou Charentes, ces deux entreprises doivent surtout dépasser leurs différences culturelles pour construire un projet d’activité commune à la fois viable économiquement et respectueux des valeurs sociales de l’insertion, qui sont aussi recherchées par certains grands comptes. Les difficultés économiques de la filière collecte et recyclage de cartouche constituent des facteurs de risque majeurs pour la faisabilité du projet.




oct. 3, 2013
Aujourd’hui fort d’environ 70 adhérents, MECATEAMCLUSTER poursuit son développement et concrétise ses projets. La plateforme mutualisée est lancée et est désormais labellisée Investissement d’Avenir ce qui assure le financement d’investissements majeurs sur le site des Chavannes. Le colloque du 26 septembre a permis à tous les adhérents et à tous les partenaires régionaux et nationaux du cluster de découvrir l’avancement de ces projets et de leurs perspectives de création de nouvelles activités sur le territoire. En animant ce colloque, nous poursuivons activement notre mission d’accompagnement de la stratégie de développement du cluster, qui se traduit aussi par l’engagement de partenariats avec deux pôles de compétitivité, I-TRANS et VIAMECA ainsi qu’avec d’autres clusters comme NEOPOLIA.



oct. 3, 2013
Après avoir rencontré un large échantillon représentatif des membres de ce cluster Nutrition Santé en Auvergne, nous lancerons ce mois l’approfondissement sur les initiatives équivalentes en Europe, le renouvellement du modèle économique et les orientations stratégiques de demain. Les évolutions majeures affectant le financement des pôles de compétitivité et les clusters impliquent la recherche de nouvelles sources de revenus et d’économies d’échelle. Cette nouvelle donne économique incite au déploiement de stratégies plus offensives en direction du marché et incluant la recherche de partenariats et d’alliances avec d’autres initiatives, régionales, nationales ou étrangères.



mai 27, 2013
Le cluster allemand Carbon Composites (CCeV) organise les 26 et 27 juin prochains à Dresde dans les locaux de l'usine vitrine de Volkswagen - die Gläserne Manufaktur - son évènement annuel autour de l'utilisation des matériaux composites dans l'industrie automobile. Issu des constructeurs, des équipementiers, des prestataires, des universités et des centres de recherche, les conférenciers interviendront uniquement en langue allemande, ce qui illustre bien le caractère stratégique du sujet. Cette manifestation concerne directement plusieurs de nos clients.



mai 27, 2013
MECATEAMCLUSTER sur le salon IAF à Münster (Allemagne) fin mai 2013. Ce salon international rassemble tous les acteurs européens des des travaux ferroviaires et notamment les fabricants de machines et d'engins mobiles. Parmi eux les leaders mondiaux que sont PLASSER (Autriche) et MATISA (Suisse). MECATEAMCLUSTER signe sa première participation à cet évènement de référence au coeur de son métier. Michel BERTHELIER sera à Münster le 30 mai.



mai 26, 2013
Visite du salon VITAFOODS à Genève le 16 mai 2013. Cet évènement rassemble les acteurs industriels des métiers de la nutrition et du bien-être. Sont présents les fabricants d'ingrédients, de produits finis, les façonniers ainsi que quelques fabricants d'équipements de production et d'emballage. Fortement différencié, le positionnement Recherche et Développement du cluster NUTRAVITA a suscité la curiosité et l'intérêt.



mai 26, 2013
Michel BERTHELIER a animé un séminaire sur les alliances entre PME - PMI à la CCI du Var à Toulon le 30 avril 2013.



avril 2, 2013

Développé pour les participants de l’Executive MBA d’EM Lyon, ce séminaire de trois jours en mars 2013 poursuit 3 objectifs principaux
> Apporter une vision des pratiques et des enjeux de création et de déploiement de ces nouvelles formes entrepreneuriales collectives et hybrides.
> Analyser les motivations, objectifs, enjeux et facteurs clés de succès pour les entreprises.
> Discuter des modalités de structuration et de pilotage d’initiatives entrepreneuriales collectives.

Il s’appuie sur nos expériences les plus récentes en Bourgogne (MECATEAMCLUSTER et GA2B dans les clusters, groupement CORAIL) en Champagne Ardenne (groupement de PME du Luxe) ou en Rhône-Alpes (cluster Lumière) et intègre la dynamique européenne, qui s’inspire beaucoup des pratiques allemandes que nous observons depuis plusieurs années.




avril 2, 2013
> rencontre en mars 2013 avec les pôles Pôle Nucléaire de Bourgogne, I-TRANS et VIAMECA, l’IRT Railenium et les autres clusters de la filière ferroviaire française
> visite du SIFER à Lille
> préparation du salon spécialisé IAF à Münster en Allemagne fin mai 2013



avril 2, 2013
d’une mission d’accompagnement d’un projet d’alliance de 4 entreprises industrielles de Rhône-Alpes et de Bourgogne



avril 2, 2013
de nos conclusions et de nos propositions d’actions prioritaires pour 5 métiers de la filière automobile en Alsace et Franche Comté. Conduite dans le cadre d’une mission avec le CETIM pour la DIRECCTE Franche-Comté, cette action concerne l’ensemble des correspondants de la filière automobile de ces régions.



avril 2, 2013
d’une mission de réflexion sur le modèle économique et le positionnement du cluster NUTRAVITA en Auvergne.



avril 2, 2013
entre PME – PMI en avril et mai 2013 dans le cadre du programme ACAMAS en Franche-Comté.



64, Chemin des Mouilles 69134 ECULLY Cedex | +33 (0)4 78 64 35 63
Mentions légales

Design : artenium